forumphilo

Forum dédié à la philosophie et à l'aide aux devoirs (dissertations et commentaires de textes).


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Besoin d'aide pour une explication de texte .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Bonjour, j'ai un dm de philo et c'est ma première explication de texte à faire.
Le texte est : En ce qui concerne la superstition du logicien, je ne me laisserai pas de souligner un petit fait bref que ces superstitieux répugnent à avouer, à savoir qu'un pensée vient quand elle veut, et non quand " je " veux ; c'est donc falsifier les faits que de dire ; le sujet " je " est la condition du prédicat " pense ". Quelque chose pense, mais que ce quelque chose soit précisément l'antique et fameux " je ", ce n'est à tout le moins qu'une supposition, une allégation, ce n'est surtout pas une " certitude immédiate ". Enfin, c'est déjà trop dire que d'avancer qu'il y a quelque chose qui pense , déjà ce " quelque chose " comporte une interprétation du processus et ne fais pas partie du processus lui-même. On déduit ici, selon la routine grammaticale : " penser est une action, or toute action suppose un sujet agissant, donc.. ".
de Nietzche, Par de-là bien et mal (1886)

Donc voila il faut que je fasse une explication de texte et je ne sais pas comment m'y prendre.

Merci d'avance

Voir le profil de l'utilisateur

Prof


Admin
Bonjour,

Ce texte est assez difficile en terminale. Une référence implicite est faite à Descartes qui prétendait prouver l'existence du sujet à partir de l'expérience du fait que "je pense donc je suis".
Cette évidence permettait à Descartes d'obtenir une vérité première, incontestable, qui lui permettait de fonder la science et la philosophie.
Nietzsche met ici en question cette conception cartésienne en faisant remarquer que ce qu'on constate ça n'est pas qu'il y a un "je" mais qu'il y a de la pensée qui se produit. On ne peut pas dire "je pense" mais "il y a de la pensée". Mais l'homme est conditionné par le langage. A chaque fois qu'il constate une action, il cherche un sujet. Rappelez vous cette phrase de votre instituteur/trice : quel est le SUJET de la phrase ? Nous sommes prisonniers de la grammaire (formule de Nietzsche) c'est pourquoi nous voyons un sujet alors qu'il n'y a que de la pensée.
Le sujet conscient affirmé par Descartes est une construction. Il n'y a pas un sujet qui choisi de penser ceci ou cela. Il y a de la pensée qui vient, ou pas.
Cette déconstruction du sujet permet de montrer combien ce qui est inconscient est essentiel à la pensée. Ce texte est à rapprocher de Freud à ce titre.

Bon courage et n'hésitez pas à demander des précisions.

Voir le profil de l'utilisateur http://forumphilo.forumactif.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum