forumphilo

Forum dédié à la philosophie et à l'aide aux devoirs (dissertations et commentaires de textes).


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

"Les animaux-machines"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 "Les animaux-machines" le Lun 26 Avr - 22:04

Bonjour, nouvelle sur le site, je vous poste en détresse.
J'ai une explication de texte à rendre sur les animaux-machines de Descartes. Je pense que la thèse est le fait que les bêtes ne font aucune action qui nous assure qu'elles pensent. Mais, je ne sais pas comment découper le texte & ne comprends pas certains passages. J'espère trouver un peu d'aide ici, merci d'avance.. Voici le texte :


« Je sais bien que les bêtes font beaucoup de choses mieux que nous, mais je ne m’en étonne pas ; car cela même sert à prouver qu’elles agissent naturellement et par ressorts, ainsi qu’une horloge, laquelle montre bien mieux l’heure qu’il est, que notre jugement ne nous l’enseigne. Et sans doute que, lorsque les hirondelles viennent au printemps, elles agissent en cela comme des horloges. Tout ce que font les mouches à miel est de même nature, et l’ordre que tiennent les grues en volant, et celui qu’observent les singes en se battant, s’il est vrai qu’ils en observent quelqu’un, et enfin l’instinct d’ensevelir leurs morts, n’est pas plus étrange que celui des chiens et des chats, qui grattent la terre pour ensevelir leurs excréments, bien qu’ils ne les ensevelissent presque jamais : ce qui montre qu’ils ne le font que par instinct, et sans y penser. On peut seulement dire que, bien que les bêtes ne fassent aucune action qui nous assure qu’elles pensent, toutefois, à cause que les organes de leurs corps ne sont pas fort différents des nôtres, on peut conjecturer qu’il y a quelque pensée jointe à ces organes, ainsi que nous expérimentons en nous, bien que la leur soit beaucoup moins parfaite.

À quoi je n’ai rien à répondre, sinon que, si elles pensaient ainsi que nous, elles auraient une âme immortelle aussi bien que nous ; ce qui n’est pas vraisemblable, à cause qu’il n’y a point de raison pour le croire de quelques animaux, sans le croire de tous, et qu’il y en a plusieurs trop imparfaits pour pouvoir croire cela d’eux, comme sont les huîtres, les éponges, etc. »

René Descartes, Lettre au marquis de Newcastle, 23 novembre 1646, in Oeuvres et lettres, Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, 1983

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: "Les animaux-machines" le Mer 28 Avr - 16:46

Prof


Admin
Bonjour,

Quels sont les passages que vous ne comprenez pas ?

Il y a 3 moments dans le texte.

Descartes explique que les animaux agissent avec la précisions de machines (horloge) mais sans penser.

Ensuite, il admet qu'on pourrait croire qu'il y a de la pensée chez les animaux compte tenu de leur ressemblance organique avec l'homme.
Enfin, il réfute cette objection au motif que si les animaux étaient autre chose que des machines, ils auraient une âme. (Pour lui, il n'existe que deux substances, le corps et l'âme, l'homme étant un composé d'âme et de corps). Or lorsqu'on observe l'ensemble des animaux il est évident que certains sont trop imparfaits pour avoir une âme. C'est le cas des huîtres par exemples dont il est manifeste qu'elles ne sont que des mécanismes.

Dites moi si cela répond à vos interrogations

Voir le profil de l'utilisateur http://forumphilo.forumactif.com

3 Re: "Les animaux-machines" le Mer 28 Avr - 19:19

Tout d'abord, merci pour cette réponse ! J'ai néanmoins d'autres questions :

Je dois constituer mon explication selon les trois parties proposées ?
Est-ce que je dois faire des allusions à d'autres auteurs ? Si oui, auriez-vous des oeuvres pertinentes qui se rapprochent du thème ?
Voici les passages que je ne comprends pas : " par ressorts " ( avec un mécanisme donc ? ), "que notre jugement nous l'enseigne", "bien qu'ils ne les ensevelissent presque jamais" ( pourquoi cela dans le texte ? ), "âme immortelle" ( pourquoi l'utilisation "d'immortelle" ? ) & en quoi les huîtres sont dans animaux "imparfaits" ? De plus, j'ai cru comprendre que les animaux n'étaient pas spontanés selon Descartes mais pourquoi dit-il "naturellement" ?

Si vous avez un peu de temps, vous pourriez me dire si mon intro est intéressante ( lors d'un prochain message.. ) ??
Désolée de vous prendre autant de temps..

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: "Les animaux-machines" le Ven 30 Avr - 10:33

Prof


Admin
Oui par exemple. En fait vous pouvez suivre un autre plan. Ce qui est important
c'est de ne pas faire de commentaire ligne à ligne qui reviendrait à
paraphraser le texte. Il faut bien voir que Descartes défend une thèse, qui
a des conséquances. Ces conséquence, vous devez les discuter.
Si vous faites cela, votre commentaire sera réussi.

Pour Descartes, la fonction de l'âme est la pensée au sens large (la
sensation par ex est un effet de l'âme). Ce qu'il cherche à démontrer c'est
que l'homme pense à la différence des animaux.
Les animaux agissent naturellement c'est à dire sans réflexion. On pourrait
dire aussi "par instinct". Ils agissent par ressort c'est à dire comme une
machine qui réagit en fonction des rouges, des ressorts…

" que notre jugement ne nous l’enseigne" : Descartes admet que les animaux
font certaines choses mieux que l'homme. Il compare cela au fait que les
machines font des choses mieux que l'homme. Je peux deviner l'heure qu'il
est en regardant le ciel. Je sais s'il est environ midi… Mais une montre va
me donner l'heure exacte. Elle fera cela mieux que moi.

"bien qu’ils ne les ensevelissent presque jamais" : Descartes répond par
avance à une objection. On pourrait lui dire que certains animaux enterrent
leurs morts de la même manière que les hommes. Descartes ne le nie pas, mais
il considère que ces animaux font cela par instinct, sans penser. Il compare
cela au fait que les chiens grattent instinctivement la terre pour ensevelir
leurs excréments bien qu'en pratique ils ne les ensevelissent pas. Cela
montre bien qu'ils grattent la terre sans comprendre le but de cette action.


La thèse de Descartes revient à nier que l'animal puisse penser (même
primitivement) et ressentir. Le post cartésien Malebranche battait son chien
et considérait que s'il criait cela n'était pas du au fait qu'il souffrait
(sensations) mais que c'était un effet des coups portés. Comme une machine
qui serait programmée pour crier.

Le philosophe Fontenelle s'opposera à cette thèse. Voici un texte de cet
auteur.
« Vous dites que les bêtes sont des machines aussi bien que des montres.
Vous mettez une machine de chien et une machine de chienne l'une auprès de
l'autre, il en pourra résulter une troisième petite machine ; au lieu que
deux montres seront l'une à côté de l'autre toute leur vie , sans jamais
faire une troisième montre. Or nous trouvons par notre Philosophie, Madame
B. et moi, que toutes les choses qui étant deux, ont la vertu de se faire
trois, sont d'une noblesse bien élevée au dessus de la machine » B. de
Fontenelle, Lettres Galantes (1783)

Voir le profil de l'utilisateur http://forumphilo.forumactif.com

5 Re: "Les animaux-machines" le Sam 1 Mai - 12:25

Merci beaucoup pour ces explications. Et pourquoi dit-il "âme immortelle" & "animaux imparfaits" ??
J'ai à présent un probleme au niveau de la forme. Je comptais faire ligne par ligne à vrai dire. Comment dois-je procéder autrement ?
J'ai vu dans un corrigé qu'il fallait : intro/étude ordonnée du texte/intérêt philosophique, est-ce forcément nécessaire ?
Quant au texte de Fontenelle, je peux dire que deux êtres qui peuvent en créer un troisième montre la "supériorité" de l'homme par rapport aux machines donc par analogie aux animaux ?

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: "Les animaux-machines" le Mar 4 Mai - 19:36

Prof


Admin
Bonjour,

En ce qui concerne la méthode, il en existe deux. Votre professeur vous a normalement présenté ce qu'il attendait de vous.
Le plus simple à mon sens est de repérer les différents moments du texte à commenter. Pour simplifier on dira que dans une première partie l'auteur défend une idée X et que dans une seconde partie il défend l'idée Y ou répond à l'objection Z...
Vous devez vous confronter à ces grands moments du texte. C'est pour cela que le commentaire ligne à ligne est à éviter, car il ne permet pas de retrouver ces grands moments du texte à commenter.

En ce qui concerne l'âme immortelle, cela n'est pas une originalité de Descartes. Par définition, c'est toujours le corps qui est périssable et l'âme qui est immortelle. L'âme c'est traditionnellement ce qui ne meurt pas. Ce que fait Descartes c'est d'identifier l'âme avec la pensée. L'âme c'est la pensée. Seul l'homme pense. L'animal ne pense pas et lorsqu'il semble penser ça n'est qu'une impression qu'il nous donne, un peu comme lorsqu'un ordinateur nous donne l'impression de penser alors qu'il obéit simplement à son programme.

Lorsque Descartes parle des animaux trop imparfaits, il fait cela par opposition à ce qu’on dit généralement de certains animaux nobles. Par exemple, un chat semble penser et faire preuve d’intelligence. Mais dit Descartes ça n’est qu’une fausse impression. La preuve, si on regarde l’ensemble des animaux on voit bien qu’il serait absurde de dire de certains d’entres eux qu’ils pensent. Ex : les éponges sont des animaux marins dont il est évident qu’ils ne pensent pas. Ils sont trop imparfaits pour cela.

Le texte de Fontenelle dit ceci. Les animaux peuvent, comme les hommes, se reproduire entre eux. Les machines ne le peuvent pas car ce ne sont que des machines : elles ont besoin d’un ingénieur pour les créer. Donc Descartes à tort de dire que les animaux ne sont que des machines.

En ce qui concerne votre intro, vous pouvez me l’envoyer par MP, j’en ferai la correction.

Cordialement

Voir le profil de l'utilisateur http://forumphilo.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum